top of page

Parité Hommes Femmes en conseil en stratégie : où en est-on ?

Dans le conseil en stratégie comme dans de nombreux autres secteurs, les entreprises visent à promouvoir la parité hommes - femmes et ainsi réduire progressivement l’écart « consultants » / « consultantes ».


Force est de constater que les cabinets de conseil recrutent davantage d’hommes que de femmes en sortie d’école. Si cela s'explique aisément par le fait que les écoles cibles pour ces cabinets incluent pour moitié les grandes écoles d’ingénieurs moins prisées par les femmes, nous constatons que cette tendance s’amplifie au fur et à mesure que les profils montent en séniorité jusqu’au grade ultime d’associé(e) (« Partner »).


A quoi ressemble la pyramide de grades des cabinets de conseil en stratégie en fonction du sexe et que peut-on imaginer de son évolution à l’avenir ?


Pour répondre à cette question, Lastep a mené une analyse portant sur 28 cabinets de

conseil en stratégie en France (liste en fin d’article).



Répartition Hommes-Femmes au sein de 28 cabinets de conseil en stratégie


La disparité hommes / femmes s’observe dès les grades les plus juniors, avec 62% de profils masculins sur les grades qui précèdent le rôle de manager (consultants juniors, consultants séniors). Au fur et à mesure que l’on monte en séniorité, l’écart se creuse encore davantage. En effet, on retrouve 71% d’hommes sur la couche managériale intermédiaire et enfin, en haut de la pyramide le constat est sans appel avec 85 % d’associés hommes (vs.15% seulement d’associées femmes).


Ce déséquilibre est partagé par l’intégralité des 28 cabinets de conseil en stratégie de notre échantillon. Toutefois, les MBB (McKinsey, BCG, Bain) obtiennent les pourcentages de femmes les plus élevés à tous les niveaux de la pyramide de grades : 43% de femmes avant les grades de managers (+5pts vs. l’échantillon total), 31% de femmes aux grades managers & senior managers (+2pts vs. l’échantillon total) et 20% de femmes associées (+5pts vs. l’échantillon total).



Répartition Hommes-Femmes au sein des MBB


Au sein des autres cabinets de notre échantillon, le constat est assez homogène :

  • environ un tiers de consultantes avant les grades de manager (dans les Big 4 comme dans « les autres » cabinets de l’échantillon)

  • environ un quart de consultantes aux grades managers / senior managers, et

  • environ seulement une associée femme pour 9 associés homme (10%).



Répartition Hommes-Femmes au sein des BIG 4



Répartition Hommes-Femmes au sein de 21 autres cabinets de conseil en stratégie

Que font les cabinets de conseil en stratégie pour attirer les talents féminins mais également les retenir sur la durée ?


Pour faire face à ce phénomène, nombre de cabinets de conseil en stratégie ont lancé ces dernières années des initiatives ciblées visant à (i) attirer les profils féminins et (ii) leur assurer un environnement de travail leur permettant de s’épanouir sur la durée.


A titre d’exemples, les MBB (McKinsey, BCG, Bain) ont mis en place des programmes dédiés pour soutenir les femmes à chaque étape de leur carrière.


  • McKinsey a lancé McKinsey Women : initiative proposant des possibilités de mentorat, formations, networking pour les femmes du cabinet, notamment :

o Les différents bureaux de McKinsey proposent des sessions avec des agendas précis à destination des femmes (par exemple : construction des relations avec les clients séniors, gestion de la conciliation du rôle de mère avec la carrière dans le conseil chez McKinsey, …)

o McKinsey a créé des réseaux internes de consultantes (par exemple « McKinsey Moms » : réseau de partage d’expériences entre femmes notamment sur la gestion de la maternité sur projet, ou bien le retour au cabinet après un congé maternité)


  • BCG a mis en place son programme Women@BCG, qui vise à garantir l’égalité des chances entre les femmes et les hommes à travers 4 piliers :

o Le recrutement (de nombreux événements organisés pour encourager les femmes à postuler et les aider à se projeter à moyen / long terme dans une carrière de consultante)

o Le développement de carrière (Women@BCG développe le réseau interne des consultantes et organise des forums, conférences, ateliers, programmes de networking, …)

o Le bien-être au travail : programmes de flexibilité des modes de travail (remote, congé maternité rallongé, temps partiels, …) et programmes d’accompagnement au quotidien (coaching, formations, …)

o L’engagement en dehors du BCG notamment via le partenariat avec TEDWomen, pour soutenir au-delà du conseil, la place des femmes dans le monde de l’entreprise.


  • Bain a mis en place Women at Bain, un réseau mondial qui offre du mentorat, des formations en leadership féminin et des groupes de soutien au travers de plusieurs initiatives :

o Sommet régional des femmes de Bain : événements de networking et de partage d’expériences réunissant les femmes de Bain au niveau régional

o Journée et mois de la femme : organisation d’activités et célébrations afin de mettre en avant les success stories des consultantes du cabinet

o Initiatives locales : les différents bureaux organisent des événements locaux (dîners, sessions de partage d’expérience, …)


D’autres acteurs majeurs du conseil en stratégie ont également lancé des initiatives notables

par exemples :


Ces différents cabinets organisent des événements en ligne et en physique pour faire la promotion de ces programmes internes, souhaitant ainsi démontrer par l’exemple que des consultantes s’épanouissent dans la durée dans le conseil, même à des niveaux plus séniors (managers, senior managers, associées).


L’objectif est donc clair : il n’est pas question de se séparer de profils féminins pour d’autres raisons que celles liées aux départs des profils masculins !


Comment expliquer ce déséquilibre malgré une volonté très prononcée de promouvoir la parité hommes-femmes en conseil en stratégie ?


  • Des recrutements juniors structurellement déséquilibrés. Cela n'explique évidemment pas que les écarts se creusent au cours du temps ! Cependant, les recrutements de jeunes diplômés effectués par les cabinets de conseil en stratégie s’effectuent auprès d’un nombre limité d’écoles parmi lesquelles les grandes écoles d’ingénieurs françaises comprenant à peine 30% de femmes comme l’illustre cet article du Figaro. Un déséquilibre structurel pour les consultants juniors ne peut évidemment que très difficilement s’atténuer au cours du temps ! Toutes choses égales par ailleurs, seule la discrimination positive des jeunes diplômées pourrait venir compenser ce déséquilibre ou bien que les écoles d’ingénieurs rééquilibrent cet écart, ce qui n’est pas la tendance selon le même article du Figaro.


  • Les efforts prennent quelques années à porter leurs fruits. Les initiatives récemment prises par les cabinets de conseil sont un investissement sur l’avenir. Il faudra donc patienter quelques années pour évaluer l’impact de ces initiatives. L’idée principale étant que les femmes recrutées aujourd’hui poursuivent leurs carrières dans le conseil en stratégie aussi longtemps que les hommes.


  • Un cercle vertueux … Les initiatives prises tendent à voir augmenter ces prochaines années le nombre de femmes aux postes d’associées. Ces femmes associées sont les meilleures ambassadrices de l’égalité des chances pour les consultantes. Plus les femmes se reconnaîtront dans le Leadership, plus elles pourront se projeter à moyen / long terme.


  • Une évolution probablement corrélée à celle de la société quant à la répartition des tâches au sein du foyer. Les meilleurs efforts des entreprises ne peuvent pas être efficaces seuls ! Le conseil en stratégie est et restera un environnement particulièrement exigeant où l’investissement personnel est nécessaire pour réussir sa carrière. La pérennité de la carrière des femmes dans le conseil n’est réaliste que si l’organisation du foyer et du quotidien le permet.


La bataille est lancée, elle s’accompagne d’une pédagogie au fil de l’eau pour vaincre les idées reçues et prendra encore quelques années avant d’atteindre le point d’équilibre où nous observerons autant de femmes que d’hommes dans le conseil en stratégie…


ANNEXE DE L'ARTICLE


Observations : Juin 2023 ; données extraites de LinkedIn


28 cabinets de conseil dans l’échantillon :

  • MBB : McKinsey, BCG, Bain

  • Big Four (marques dédiées au conseil en stratégie): GSG KPMG, Monitor Deloitte, EY Parthenon, Strategy&

  • Autres cabinets de l’échantillon : Advancy, Ares & Company, Arthur D. Little, Cepton Strategy, CMI Strategies, Corporate Value Associates, Courcelles Conseil, Eleven Strategy, Indefi, Kea, Kearney, L.E.K. Consulting, Mars &Co, Mawenzi Partners, OC&C Strategy Consultants, Oliver Wyman, PMP Strategy, Roland Berger, Simon-Kucher, Vertone


Nombre total de consultant(e)s dans l’échantillon : 4003



270 vues

Kommentare


bottom of page